• le kili voie MACHAME


RANDONNEES

le kili voie machame

1

Jour 1 : Départ de la voie machame le 18 juillet 2001. Vers 11 heures. Le départ fourmille de monde.les porteurs, souvent des hommes des villages environnants attendent d'être pris pour porteur. C'est leur gagne pain. ce sont un peu les sherpas de l'afrique. Dans l'attente de l'organisation par le guide, nous montons donc, accompagnés d'un porteur et sans guide.

2

Le porteur s'arrête souvent attendant les autres porteurs et le guide. Lassés nous décidons de continuer sans attendre et de rejoindre le camp. Nous sommes 4 : Jean Pierre, Olivier de la réunion, Alain de Perpignan son ami et moi.

11



Le chemin est boueux et les guêtres sont bienvenues. Nous sommes en forme. Les porteurs nous rejoignent vers 15 heures. Les présentations sont faites: Il y a le guide clemence, le guide assistant, un cuisinier qui sont les plus haut dans la hiérarchie des accompagnateurs.

Arrivée à Machame CAMP 3050 m.

12
13
3



Jour 2: le sentier démarre dans la pente. Curieusement, ce jour la je ne me sens pas bien. C'est l'omelette qui ne passe pas. Je me sens nauséeux: j'ai quelques inquiétudes pour la suite. L'étape est courte 4 heures.

4
5
6



Le guide nous montre quelques arbustes qu'il nomme sneshias et nous explique pourquoi des branches sont carbonisées, activité du volcan? il se montre laconique. Arrivée enfin à Shira Hut. Il est tôt . Longue après midi mise à profit pour se promener.

7



Jour 3 : Départ shira hut assez tôt. Il est 7 heures du matin. Le temps est gris. Cette journée, c'est le guide touristique qui le dit doit nous permettre de nous acclimater. Montée au pied de la lawatower à une altitude de 4250 m environ. De la on devrait apercevoir le kili dans sa splendeur..

8



Las tout est bouché.De l'endroit le plus haut on redescend de 200 M environ. Puis une petite remontée. Je suis trop devant et je m'arrete environ 25 Mn pour que le guide, pas content et les autres me rejoignent. Arrivée tot au camp. BARRANCO CAMP 3900M . Il fait froid. Breakfast vers 16 H 30 puis repas assez copieux vers 18 H 30. Coucher 20 Heures. Pas grand chose à faire. Il bruine et il fait froid.

9



Jour 4 Barranco hut à Barafu hut : étape pluvieuse venteuse puis neigeuse pour finir. Pour commencer une montée raide dans la falaise. On ne peut qu'admirer les porteurs qui arrivent à hisser leurs lourdes charges jusque la. Redescente, passage à flanc vers 4200 m . Puis c'est la passage clé pour réussir : 600 M de montée dans la pierraille. Nous montons dans le brouillard. Il bruine. A l'arrivée au camp il se met à neiger.

10
Vers BARAFA CAMP 4650m.
24



Les tentes sont montées en hate. On s'installe pour se reposer. La nuit sera courte. le samedi 22 juillet 2001, c'est l'heure de se lever: minuit 30. La nuit a été blanche.



Le kilimanjaro dresse sa masse quelque part de vant nous sur l'écran noir .. Frugal petit déjeuner. Je piaffe d'impatience et pourtant ce n'est pas sans un sentiment d'angoisse que j'entreprends cette ascension, guettant les signes du mal des montagnes qui peut frapper à tout moment.

15



La pente est raide. Dans le halo de la lampe frontale apparaissent des visages hagards, anxieux. Nous doublons des groupes qui nous doublent à nouveau. Les halètements se mèlent au crissement de la cendre sous les chaussures.

14



Le jour s'est levé et avec lui la paix et la sérénité reviennent; Je sais que le plus dur est fait: ni maux de tete ni tachychardie, mon pouls reste en dessous de 100 puls/ Mn. Autour de moi tout le monde rassemble ses forces pour achever l'ascension, soit 140 M de dénivelé en pente plus douce.

16



Ce jour la, me dira t'on, sur les 55 qui ont entrepris l'ascension 15 n'iront pas au bout. Une intense émotion m'envahit lorsque j'atteins le sommet. Mon rève s'est enfin réalisé. je me sens euphorique.L'Afrique est la, encore dans la nuit et la brume à mes pieds. Les glaciers purs survivent sous le soleil équatorial qui déja chauffe.

17
18



Les Réminescences se mèlent: une chanson, des livres.Quel gamin n'a pas vu le kili, volcan parfait et si blanc sous le soleil implacable de l'afrique, paradoxe insondable, dans ses livres de géographie...J'attends les autres qui arrivent 25 Mn plus tard, savourant égoistement ma conquête.

19
20
21
22



Quelques photos prises à la sauvette, il est temps de redescendre.Par la voie mweka, beaucoup moins intéressante que la voie marangu. Tiens 20 ans après j'ai encore cet anorak

23
Dernier regard sur la pointe stella.
25
26



Jour 6 C'est la derniere marche. La descente dans la forêt, magnifique, devient très vite boueuse. C'es t la patinoire. Rien ou presque à quoi s'accrocher. Même le guide s'étale .

27
28
PHOTO DE GROUPE.



On entend de temps en temps le cri des singes noirs et des colobes. Nous voila arrivés au départ. Il y a du monde. Taxis et 4X4 récupèrent les groupes. Remise du diplôme. Adieux aux guides et porteurs ces gens simples qui se contentent de peu . le retour sur la terre ferme est une autre histoire..